Écrans et troubles comportementaux chez l’enfant

Les écrans ne sont pas des jouets !


Que ce soit à la maison ou à l’école, les enfants devraient réduire de près de 50 % leur temps passé sur Internet ou devant la télé pour éviter tout problème de santé.
Les alertes des professionnels se succèdent pour mettre en garde contre les excès.

Les problèmes surviennent quand les écrans remplacent l’activité physique, l’exploration pratique et l’interaction sociale (face-à-face dans le monde réel). Autrement dit, jouer, discuter, étudier, dormir… est primordial pour un enfant.

“Mon fils voulait une console pour son anniversaire. J’ai cédé mais maintenant, il n’y a plus que ça qui l’intéresse. Il n’arrive plus

Pour développer l’imagination et la créativité, même l’ennui est nécessaire !
Parmi les conséquences directes : le surpoids et l’obésité chez les enfants qui ont une télévision dans leur chambre

“Entre la tablette, la console, l’ordinateur, le smartphone, j’ai du mal à maîtriser le temps passé par mes enfants derrière tous ces écrans. Ils peuvent y passer des heures et perdent toute notion de durée.”

Autres impacts observés : l'augmentation des troubles du sommeil chez ceux qui dorment avec leur téléphone, l'affaiblissement de l’attention, des difficultés de concentration, voir des problèmes de comportement.

De plus en plus de professionnels s’inquiètent également des retards de langage ou des troubles du comportement associés à une exposition précoce et excessive aux écrans et dénoncent, depuis quelques années, une altération du développement moteur et mental des jeunes enfants trop exposés.

“C’est bien simple, dès que ma fille sort sa tablette, plus rien n’a d’importance. Il devient impossible de lui parler et de communiquer avec elle. Elle s’isole complètement.”

Enfin, avec huit heures par jour sur un écran, dont quatre heures sur un smartphone, les 16/24 ans développeraient une “myopie fonctionnelle” (problème d’accommodation à la vue de loin).

Une emprise préoccupante sur nos vies

Les psychologues évoquent une prise de conscience nécessaire face à ces usages abusifs, sources de stress et de fatigue. Les écrans nous privent du temps de repos et de réflexion indispensables au bien-être et au bien-penser. Ils modifient en profondeur les processus d’attention, de mémorisation, d’apprentissage et peuvent nuire à la qualité de nos relations.

 

“Il convient à chacun d’élaborer des règles de bon usage des nouvelles technologies et de les adapter à son quotidien.
C’est une question de bon sens. Avant chaque connexion, il nous faut nous poser la question suivante : est-ce réellement utile ?”

Armelle F., Psychologue

Date de création : 26/07/2019