La réalité virtuelle pour vaincre les phobies

la réalité virtuelle pour soigner les phobies

Grâce au développement des technologies numériques, il est aujourd’hui possible de traiter de nombreux troubles grâce à la réalité virtuelle. Cette thérapie comportementale et cognitive 2.0 connaît un vif succès auprès des patients et pourrait, demain, venir en aide au plus grand nombre.

Pour traiter la peur de l’avion, du vide, des ascenseurs, du métro, de la foule ou des chiens, les thérapeutes se servent d'habitude de la thérapie cognitivo-comportementale qui vise à remplacer des idées négatives ou erronées par des pensées plus réalistes. Apparue au début du 20e siècle, cette thérapie n’est pas nouvelle. Mais aujourd’hui, il est possible d’y ajouter un ingrédient : la 3D.

« Ce qui provoque l’anxiété chez un patient, ce n’est pas la réalité mais son interprétation de la réalité, explique Eric Malbos. Face à une situation qu’il juge angoissante, il aura tendance à fuir. Moi, je lui propose de s’y confronter pour que, petit à petit, il s’y habitue. C’est une forme de déconditionnement. »

Mais au lieu de l’accompagner dans un avion ou dans le métro (ce qui peut s'avérer cher et peu pratique), il lui met à disposition des outils capables de reproduire - quasiment à l’identique - les situations angoissantes.

phobies et réalité virtuelle font bon ménage


Eric Malbos a mis au point une quinzaine d’environnements graphiques différents pour guérir des phobies les plus invalidantes comme la claustrophobie ou l’acrophobie, mais aussi certaines addictions comme le tabagisme. Associée notamment à de la relaxation, chaque séance dure en moyenne 30 à 40 minutes. Il en suffit d’une dizaine généralement pour voir l’angoisse s’estomper, voire disparaître.

Le scientifique a mis au point sa bibliothèque d’environnements avec l’aide d’une jeune start-up de la région, C2Care. Créée en décembre 2015, la « jeune pousse » développe ses logiciels à Toulon. En plus d’aider Eric Malbos, elle commercialisera en mai ses propres programmes, à destination uniquement des professionnels, pour lutter contre la peur du vide, de la foule ou encore de l’avion.

Source : 20 minutes

Articles liés à cette page :